Villa Cavrois: Une Visite Exceptionnelle

Toutes les informations sur la Villa Cavrois sont sur CITIBREAK

 

Deux cent trente ouvriers, seize corps de métiers, la restauration de la villa Cavrois à Croix, près de Roubaix, aura nécessité quinze ans de travaux. Grâce au rachat par l’Etat en 2001, le chef d’œuvre de l’architecte Roger Mallet-Stevens renaît de ses cendres.

 

UN PEU D’HISTOIRE

La Villa de Croix, édifiée entre 1929 et 1932, à la demande de Paul Cavrois, industriel du textile à Roubaix, devait répondre à un programme dans l’air du temps : “air, lumière, travail, sport, hygiène, confort et économie”. En fait de villa, c’était une sorte de palais de près de 2 600 m2, pour lequel l’architecte imagina une impeccable sobriété du décor et une organisation de l’espace stricte : d’un côté, les appartements des parents et les pièces de réception, de l’autre, les pièces réservées aux domestiques et aux enfants.

La villa et le jardin étaient traités dans le même esprit de rigueur et de luxe. Dans la maison, pléthore de marbres blancs, gris, verts ou noirs, des peintures sobres et chics, des menuiseries métalliques, une décoration géométrique. Un jardin symétrique dessiné sans fioritures autour d’une longue pièce d’eau. Le long de la villa, une belle piscine tempérait la sévérité de l’ensemble.

La villa sera habitée en l’état jusqu’en 1939. Pendant la guerre, elle sert de caserne à l’occupant allemand. En 1947, la famille Cavrois revient à Croix. A la demande de Paul Cavrois, l’architecte Pierre Barbe la transforme dans les années 1950 pour accueillir les familles de ses deux fils Paul et Francis. Paul Cavrois meurt en 1965.

 

UNE RENAISSANCE

Après le décès de son épouse en 1985, le mobilier de la villa est revendu chez. La maison est cédée à une société immobilière qui projette de lotir le parc et de détruire la villa. De 1988 à 2001, la villa totalement à l’abandon est vandalisée de nombreuses fois. L’Association de sauvegarde de la villa Cavrois créée en 1990 et soutenue par des architectes de renommée mondiale tels que Renzo Piano et Norman Foster fait pression sur les autorités culturelles et politiques afin qu’elles assument la protection de la demeure.

La villa Cavrois est finalement classée monument historique le 10 décembre 1990 puis acquise par l’Etat en 2001.

Après un chantier de restauration qui aura duré plus de douze années réalisé par le Centre des monuments nationaux et qui aura couté près de 23 millions d’euros, la villa et son parc finissent par renaitre de leurs cendres.

Reconstituant la grande majorité des dispositions architecturales, fonctionnelles et décoratives du monument, l’Etat a fait renaître l’ambition des époux Cavrois et de Mallet- Stevens de réaliser une demeure unique. Résultat, une visite exceptionnelle enrichie par des outils numériques innovants.

 

UNE VISITE A L’ERE DU NUMERIQUE

Une application sur tablette propose une expérience enrichie de géolocalisation indoor, de réalité augmentée et d’animations 3D. Ainsi les visiteurs ont la possibilité de visualiser certains espaces de la villa à leur inauguration en 1932: la salle à manger des parents, la hall salon, la terrasse, le bureau…

Ecran de l’application numérique de la Villa Cavrois

L’utilisation est simplifiée, 5 gestes pour déclencher et visualiser les contenus afin de s’adresser à tous les publics (familial, spécialisé, scolaire, en situation de handicap). Le visiteur peut déambuler librement sur le site et découvrir les intérieurs et les extérieurs de la villa à travers 20 points d’intérêts pourvus de contenus.

Le système de géolocalisation est basé sur une technologie mêlant le GPS pour les situations extérieures et les iBeacons en intérieur qui permettent de localiser très précisément l’utilisateur et de lui apporter les informations correspondant exactement à sa situation dans le bâtiment.

 

Pour en savoir plus sur l’histoire de la Villa Cavrois vous pouvez cliquer sur WIKIPEDIA

Toutes les informations pratiques sur la Villa Cavrois sont sur CITIBREAK

 

Vous Pourriez Aimer Aussi Lire Ces Articles:

 

 

Pour vous abonner à la newsletter de Citibreak, cliquez sur ce lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × trois =