Musée Yves Saint Laurent, Un Temple de la Mode pour Connaisseurs et Novices

Toutes les informations sur le Musée Yves Saint Laurent sont sur CITIBREAK

 

Plus de quinze années après la fermeture de la maison de haute couture, s’est ouvert le 3 octobre 2017 le Musée Yves Saint Laurent, au 5 avenue Marceau, dans le 16e arrondissement de Paris. Avec l’ouverture de ce musée et bientôt un autre à Marrakech le 19 octobre, la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent n’a de cesse de faire revivre le célèbre couturier français.

Jusque-là, elle avait jalousement conservé les 40 ans de créations de ce véritable symbole de la Haute Couture parisienne. Avec plus de 5000 pièces vestimentaires, 15 000 accessoires et plusieurs dizaines de millier de croquis, planches de collection, photographies, et autres documents, la collection possédée par la fondation est d’une richesse inouïe. Et pour cause, Dès 1964, le créateur de mode Yves Saint Laurent pense déjà à conserver ses prototypes pour un éventuel musée, qui rassemblerait toutes les créations de sa carrière.

L’adresse parisienne se trouve dans un lieu historique, il s’agit de la maison de couture Yves Saint Laurent située au 5 avenue Marceau, dans laquelle naquirent pendant près de 30 ans les créations du couturier. Devenue par la suite le berceau de la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, elle abritera désormais le musée. A la fois espace de conservation et d’exposition, le musée a été pensé par la scénographe Nathalie Crinière et le décorateur Jacques Grange, l’aménagement de l’espace a été conçu pour faire écho à l’ambiance originelle de la maison de couture, installée rue Marceau en 1974 (elle était auparavant rue Spontini, dans le XVIe).

 

QUE PEUT-ON Y VOIR ?

Dynamique, un parcours de 450m2 est proposé au visiteur, alternant entre rétrospective et restitution de l’intimité d’un artiste.

Le musée a eu la bonne idée de reconstituer aussi fidèlement que possible l’atelier d’Yves Saint Laurent à l’étage. On s’attendrait presque à le voir débarquer, cigarette à la main, et s’asseoir à son bureau – une planche et deux tréteaux. D’ailleurs, ses lunettes sont délicatement posées sur quelques dessins, sa blouse est pliée sur sa chaise, et sous la table une gamelle semble attendre son chien Moujik.

Cette pièce neutre, contrastant avec le faste des salons, est riche en détails. Objets personnels, croquis, prix, portraits, livres, accessoires, échantillons de tissus et de broderie… C’est ici que les idées fantastiques du couturier prenaient vie dès 1962. Un mur entier est occupé par un miroir dans lequel Yves Saint Laurent scrutait ses mannequins durant les essayages.

Le visiteur peut aussi s’imprégner de la vie de l’atelier, et ce grâce à une vingtaine d’interviews des anciens de la maison de haute couture. Couturiers, couturières, acheteurs ou encore assistants se confient devant la caméra. C’est au sous-sol, dans une petite salle, que cela se passe : six courts films réalisés à partir de ces précieux témoignages permettent au public de comprendre le fonctionnement de la maison Saint-Laurent, et ainsi de découvrir les différentes étapes d’une collection de haute couture, du croquis à la vente.

Enfin, les modèles les plus emblématiques du style Saint Laurent sont exposés dès la première salle : smoking, saharienne, jumpsuit, trench-coat, dont le style est marqué par l’emprunt aux codes du vestiaire masculin. Tout en préservant leur féminité, Yves Saint Laurent apporte aux femmes assurance, audace et pouvoir. Ces vêtements ont d’ailleurs accompagné l’émancipation des femmes.

Dans cette même salle, la toute première collection de Saint Laurent (celle du printemps-été 1962) est à l’honneur. Accompagnée de documents (croquis, planches de collection, photographies, fiches d’atelier ou magazines), cette présentation permet d’appréhender le processus de création d’un modèle (du croquis à sa confection). La pièce suivante est dédiée aux “exotismes”. Livrant sa vision rêvée de contrées lointaines, il crée des vêtements colorés aux formes extrêmement variées. Un plaisir pour les yeux.

A l’étage, dans un décor particulièrement majestueux, on trouve des tenues inspirées de l’Antiquité, du Moyen-Âge, de la Renaissance, de l’Époque moderne, du XIXe siècle, des années 1910, 1920, 1930 et 1940.

Une cinquantaine de pièces sont présentées sur un total de 5 000 que détient la Fondation.

 

ET ENSUITE ?

Tous les 6 mois, pour des questions de conservation notamment, le musée alternera entre un parcours rétrospectif et des expositions temporaires thématiques. Ainsi, en octobre 2018, la première d’entre elles sera consacrée à “L’Asie rêvée d’Yves Saint Laurent”, et fera dialoguer les modèles du couturier avec des œuvres empruntées à des musées et collectionneurs privés.

Le musée a pour ambition de rendre compte de la richesse du patrimoine unique conservé par la Fondation, et de retracer une histoire de la mode à travers les créations d’Yves Saint Laurent.

Alors courrez voir ce nouveau temple de la mode qui s’adresse à la fois aux connaisseurs et aux novices. Mais attention, la foule se presse alors réservez votre place, bien-sûr avec CITIBREAK.

 

Pour en savoir plus sur le musée Yves Saint Laurent cliquez sur WIKIPEDIA

Toutes les informations pratiques sur le musée Yves Saint Laurent sont sur CITIBREAK

 

Vous Pourriez Aimer Aussi Lire Ces Articles:

Pour vous abonner à la newsletter de Citibreak, cliquez sur ce lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 + 17 =