Le Panthéon (Paris) – Trois Bonnes Raisons de le Visiter

Toutes les informations sur le Panthéon sont sur CITIBREAK

 

Le Panthéon, l’un des monuments les plus imposants de Paris, est sorti d’un long sommeil le 19 mai 1981, quand François Mitterrand a inauguré son premier mandat présidentiel par un hommage solennel a quelques hôtes de la nécropole nationale : Victor Schoelcher, Jean Jaurès et Jean Moulin.

Inhumation de Jean Moulin au Panthéon

Ce rituel républicain avait été délaissé par les présidents de Gaulle – qui s’était limité à célébrer Jean Moulin (1964) -, Pompidou et Giscard d’Estaing

 

L’HISTOIRE

Mais l’histoire du Panthéon débute il y a plusieurs siècles. Gravement malade à Metz en 1744, le roi Louis XV fait le voeu, en cas de guérison, de reconstruire l’église Sainte-Geneviève. Située sur la «montagne» du même nom, au coeur du Quartier Latin, cette église était l’héritière de la basilique des Saints-Apôtres érigée sur ordre du roi Clovis à l’endroit où mourut et fut ensevelie sa conseillère Geneviève, sainte patronne de Paris.

Le Panthéon en 1792

C’est seulement en 1755, onze ans après le voeu de Louis XV, que l’architecte Jacques Soufflot commence la construction de l’église en style néo-classique, avec une nef intérieure en marbre. Il est achevé à la veille de la Révolution.

Quand meurt Mirabeau, l’un des inspirateurs de la Révolution, le 2 avril 1791, l’Assemblée nationale décide de l’inhumer de façon solennelle. A l’époque, on réunissait les tombes des grands hommes dans l’église Saint-Étienne-du-Mont de Paris. On envisage alors quelque chose de plus grand, de plus beau. Certains proposent la rotonde de la Villette tandis que d’autres suggèrent le Champ-de-Mars ; par un décret du 4 avril 1791, c’est finalement l’édifice qui vient d’être achevé et n’est pas encore consacré comme église, qui est désigné pour servir de nécropole nationale aux personnalités exceptionnelles qui contribuent à la grandeur de la France.

Crypte du Panthéon

Au cours des décennies suivantes, le culte catholique y sera rétabli ou supprimé plusieurs fois. Ce n’est que depuis 1885, à l’occasion du décès de Victor Hugo et de son inhumation au Panthéon, que l’église Sainte-Geneviève disparaît totalement. Désormais le bâtiment est uniquement le lieu de repos des grands hommes honorés par la République.

 

L’ARCHITECTURE

Le projet architectural de Jacques-Germain Soufflot est une église à dôme, en forme de croix grecque, c’est-à-dire avec quatre branches courtes, égales en longueur et en largeur. Soufflot a composé son église en puisant dans différents registres :

  • Gothique : par la structure, constituée d’une nef voûtée, contrebutée par des arcs-boutants au-dessus des bas-côtés.
  • Byzantin : avec l’usage des coupoles en couvrement,
  • Classique : la coupole à tambour, avec son péristyle extérieur, est une référence au tempietto de Bramante,
  • Grec antique : péristyle à six colonnes à entrecolonnement régulier et à fronton triangulaire (unique à l’époque), colonnes corinthiennes portant un entablement — alors que l’usage à l’époque était les piliers carrés portant des arcades

En raison de ces différents styles, l’église Sainte-Geneviève sera considérée comme le premier édifice éclectique ! Il est cependant généralement classé comme néo-classique, d’abord pour la période de sa construction, puis par le vocabulaire de l’architecture classique (colonnes, entablement, fronton, etc.) largement utilisé dans une volonté de retour à la simplicité antique en réaction au style baroque de la période précédente.

Le fronton du Panthéon est adorné par David d’Angers de l’inscription célèbre : «Aux grands hommes la patrie reconnaissante.

 

LES GRANDS HOMMES

À l’heure actuelle, ce choix revient au président de la République, cependant la famille peut s’opposer à cette décision comme ce fut le cas pour Charles Péguy ou Albert Camus en 2009. Il s’agit plus d’un état de fait que d’un véritable droit, aucun texte officiel ne régissant ni les critères nécessaires ni la forme de la cérémonie. On peut toutefois noter que plusieurs présidents de la Cinquième République (Charles de Gaulle, François Mitterrand, Jacques Chirac) ont voulu ponctuer leur époque par des panthéonisations, symboliques de leur propre vision de l’histoire de la France.

Aujourd’hui la France honore 71 personnalités par des tombes ou urnes funéraires.

 

TROIS BONNES RAISONS DE VISITER LE PANTHEON

Outre toutes les sépultures des hommes illustres qu’abrite le Panthéon, la décoration et l’architecture du monument méritent également une attention particulière lors de votre visite. Les murs sont recouverts de peintures du XIXème siècle et les plafonds sont magnifiques.  Au centre, prenez quelques instants pour découvrir le pendule de Foucault et lire les explications le concernant. (Le pendule est visible également au Musée des Arts & Métiers).

Enfin, d’avril à octobre, n’oubliez pas que du haut de la colonnade extérieure du dôme, vous pouvez apprécier un très beau panorama de la ville de Paris.

En synthèse, un monument à ne manquer sous aucun prétexte !

 

Pour en savoir plus sur le Panthéon vous pouvez cliquer sur WIKIPEDIA

Toutes les informations sur le Panthéon sont sur CITIBREAK

 

Vous Pourriez Aimer Aussi Lire Ces Articles:

 

 

Abonnez-vous à la newsletter Citibreak, cliquez sur ce lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × 1 =