Le Centre Pompidou – La Mecque de L’art Moderne

Toutes les informations sur le Centre Georges Pompidou sont sur CITIBREAK

 

HISTOIRE

Au cœur de Paris, parmi les plus anciens immeubles de la capitale, se dresse un imposant bâtiment enrubanné de tuyaux colorés, d’ascenseurs et d’escalators. Une construction aux références industrielles, pour laquelle les architectes Richard Rogers et Renzo Piano ont souhaité exhiber ostensiblement les éléments d’ordinaire dissimulés à l’intérieur.

Photo de Renzo Piano et Richard Rogers

Cette architecture, qui a fortement choqué l’opinion publique lors de l’inauguration du musée en 1977, est aujourd’hui devenue l’un des emblèmes de la ville pour les Parisiens. Au fil des ans, le Centre Pompidou s’est imposé comme l’un des principaux musées d’art moderne et contemporain du monde, avec une dimension interdisciplinaire.

Le Centre national d’art et de culture Georges Pompidou est né de la volonté du Président Georges Pompidou. A la tête de l’Etat français, il souhaite dès 1969 doter la capitale d’un établissement contemporain où les arts plastiques voisineraient avec la musique, les livres, le design, l’architecture, le cinéma… Par ailleurs, il faut désengorger la Bibliothèque Nationale et concevoir une grande bibliothèque publique pour le public parisien.

Photo du Président Georges Pompidou

Le plateau Beaubourg est alors le seul emplacement vacant au cœur de la capitale. Un concours international est lancé. Parmi les 681 projets présenté, le projet des architectes Richard Rogers (Grande-Bretagne) et Renzo Piano (Italie) est retenu. Le bâtiment est inauguré en 1977 par Valéry Giscard d’Estaing.

 

ARCHITECTURE – la construction

A l’époque, le projet suscite la polémique tant il dérange par sa modernité. Son faux air de “raffinerie de pétrole” et ses couleurs primaires (bleu, rouge, vert, jaune) choquent les parisiens.

Les architectes ont choisi de rejeter à l’extérieur tout ce qui d’habitude caché : tuyaux, cages d’escaliers, escalators (l’escargot visible sur la façade principale), structure porteuse en métal (audacieusement placée à l’extérieur). Le bâtiment ne cache rien de ses fonctions. A l’inverse, les plateaux intérieurs (8 niveaux de 7.500 m2) sont entièrement modulables : ils sont libérés des contraintes techniques habituelles. Beaubourg est sans doute l’un des plus beaux enfants de l’architecture moderne.

Malgré les polémiques, le public afflue et dépasse toutes les prévisions (5 fois plus de public que prévu). La grande BPI (Bibliothèque Publique d’Information) ne désemplit pas et dispose de collections considérables directement accessibles au public. On vient également admirer du dernier étage une vue imprenable sur la capitale.

La piazza Beaubourg, vaste place en pente située devant le centre, est un succès. Appropriée par les touristes, les amuseurs, les portraitistes, la place est un lieu de transition très animé entre la ville et le bâtiment.

 

ARCHITECTURE – le développement

En 1997, l’agence Renzo Piano reconstruit l’Atelier de Brancusi sur la piazza. Dans un bâtiment épuré, l’atelier du sculpteur tel qu’il était impasse Ronsin est fidèlement reconstitué.

Entre 2000 et 2002 une rénovation importante du Centre a été réalisée dans l’optique de pouvoir mettre en avant les œuvres d’arts grâce à l’utilisation des nouvelles technologies afin d’apporter un côté plus ludique à la visite de Pompidou. Mais le but premier du relooking du Centre Pompidou était de garder le public plus longtemps sur les lieux. (Une demi-journée, les visiteurs restent en moyenne 2 heures au centre Beaubourg) Un restaurant, des cafés sont construits par la même occasion.

Le Centre Pompidou offre la possibilité de se restaurer avec une vue imprenable sur Paris au restaurant Le Georges perché au 6ème étage. (Endroit idéal pour un dîner romantique ou en amoureux).

 

LES COLLECTIONS

Le Centre Pompidou compte plus de 110.000 œuvres dans ses collections, dont un bon nombre de chefs d’œuvre. Les collections du Centre Pompidou (musée national d’art moderne – centre de création industrielle) constituent l’un des premiers ensembles mondiaux de référence pour l’art des 20e et 21e siècles. Des grands fonds historiques aux acquisitions les plus récentes, elles couvrent les domaines des arts plastiques, du dessin, de la photographie, des nouveaux médias, du cinéma expérimental, de l’architecture, du design.

En visitant le Centre vous pourrez admirer des œuvres phares, des artistes emblématiques ( Henri Matisse, Georges Rouault, Georges Braque, Pablo Picasso, Sonia et Robert Delaunay, Fernand Léger, Vassily Kandinsky, František Kupka, André Breton, Alberto Giacometti, Jean Dubuffet…) et suivre les mouvements fondateurs de l’art moderne (fauvisme, cubisme, surréalisme, abstractions lyriques et abstractions froide). La richesse de cette incomparable collection retrace les temps forts de l’aventure de la modernité en reflétant sa complexité, les généalogies, les échanges, les métissages et les passeurs qui ont contribué à écrire l’histoire de l’art de la première moitié du 20e siècle.

Les œuvres sont réparties chronologiquement, sur deux espaces : la période moderne de 1905 à 1960 (Matisse, Picasso, Dubuffet…) et la période contemporaine de 1960 à nos jours (Andy Warhol, Niki de Saint Phalle, Anish Kapoor…). En plus de ces collections permanentes, des expositions (une trentaine) de renommée internationale sont organisées toute l’année au dernier étage.

Le Centre Georges Pompidou est un monument à ne pas manquer et à visiter pour les passionnés d’arts modernes de passage à Paris. Il fait partie des musées d’arts modernes à découvrir au moins une fois dans sa vie au même titre que le Museum of Modern Art à New York ou que la Tate Modern à Londres.

 

Pour en savoir plus sur le Centre Georges Pompidou vous pouvez cliquer sur WIKIPEDIA

Toutes les informations sur le Centre Georges Pompidou sont sur CITIBREAK

 

Vous Pourriez Aimer Aussi Lire Ces Articles:

 

 

Abonnez-vous à la newsletter Citibreak, cliquez sur ce lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × un =