Exposition “Francis Bacon, Monaco et la Culture Française”

Exposition “Francis Bacon, Monaco et la Culture Française” du 02 Juillet au 04 Septembre

Toutes les informations sur l’exposition sont sur CITIBREAK

 

Cette exposition au Grimaldi Forum est l’une des plus attendues de la saison.

Francis bacon 2

L’exposition “Francis Bacon, Monaco et la culture française” rassemble 66 œuvres du peintre,  ainsi que 13 pièces comparatives de maîtres vivant en France qui ont pu l’influencer, comme Giacometti ou Soutine. Car ce monstre sacré dont les  tableaux pulvérisent les enchères était un fervent francophile et francophone,  qui a vécu et travaillé à Paris et Monaco.

En effet, au milieu des années quarante Francis Bacon vend Painting à la galeriste Erica Brausen. Fort de 200 livres sterling, une petite fortune pour l’époque, il quitte Londres pour Monaco où il s’installe avec sa nourrice et son amant Eric Hall. L’artiste s’établit dans un premier temps à l’hôtel de Ré, puis au Balmoral. L’air marin régule son asthme. Amoureux de la région, il devient résident monégasque de 1946 à 1950. Par la suite, l’artiste reviendra souvent avec ses amants ou ses amis et ce jusqu’à la fin de sa vie.

Francis Bacon s’est donc fortement imprégné de la culture française lors de ses nombreux séjours sur la côte d’Azur et plus particulièrement à Monaco.

L’exposition rappelle notamment qu’en 1927, un très jeune Francis Bacon fait un  séjour dans une famille française dans la région parisienne. Une exposition de Picasso déclenche alors sa vocation de peintre, même si l’autodidacte choisit d’abord la décoration d’intérieur. Une rétrospective au Grand Palais en 1971 marquera, plus tard, sa consécration parisienne, tout en coïncidant avec le suicide à Paris de son compagnon de l’époque.

 

VISITE DE L’EXPOSITION

Sont  présentés au cours de l’exposition des triptyques majeurs, des tableaux parmi les plus significatifs de l’artiste, se référant directement ou indirectement à la France et à Monaco.

On découvre notamment comment ses années dans la Principauté ont influencé sa peinture, pour lui donner dans les années 1945-1950 une tournure plus humaine, l’amenant par la suite à être reconnu comme l’artiste figuratif le plus énigmatique de l’après- guerre.

Le parcours propose également un regard croisé inédit entre les créations de Bacon et celles des grands maîtres qui l’on inspiré comme Toulouse-Lautrec,  Fernand Léger, Giacometti ou Michaux.

Alors, foncez, c’est magnifique. Pour ceux qui n’auront pas la possibilité de voir l’exposition, vous aurez une seconde chance. Une grande partie des œuvres de l’exposition partiront en septembre au Guggenheim Museum de Bilbao, pour décliner cette fois les relations de  l’artiste avec l’Espagne (“Francis Bacon  de Picasso à Vélasquez”).

 

BIOGRAPHIE DE FRANCIS BACON

Francis Bacon
Photo de Francis Bacon

Francis Bacon est un peintre britannique autodidacte, se déclarant lui-même hors tradition, mais néanmoins fortement inspiré par l’expressionnisme. Son œuvre est composée principalement de triptyques, où les personnages sont représentés dans leur isolement, déformés ou torturés, lui valant parfois le qualificatif d’existentialiste.

En 1925, après avoir découvert son homosexualité, Bacon quitte ses parents et s’installe à Londres. Il s’émerveille de l’oeuvre de Picasso lors d’un séjour à Paris et réalise ses premières toiles dès 1929, parallèlement à son métier de décorateur d’intérieur. Mais de ses oeuvres d’avant-guerre, il n’en reste qu’une dizaine puisqu’il détruit quasiment tout en 1944.

En 1945, son talent éclate à travers le triptyque “Trois études de figures au pied d’une crucifixion”, lors d’une exposition londonienne. C’est d’ailleurs à Londres que Francis Bacon établit son atelier définitif en 1961. Il consacre l’essentiel de son oeuvre à une interprétation très personnelle des corps et des visages. Autoportraits, portraits de ses compagnons… Ses oeuvres ont pour point commun un travail original sur la couleur et ses variations.

Souffrant d’asthme depuis l’enfance, Francis Bacon succombe à une pneumonie lors d’un séjour à Madrid au printemps 1992.

Son triptyque “Trois études de Lucian Freud”, représentant le petit-fils de Sigmund Freud – son ami, Lucian Freud – est vendu aux enchères chez Christie’s en 2013, au prix record de 142,4 millions de dollars (105,9 millions d’euros). C’est, à ce jour, une des enchères les plus élevées au monde pour une œuvre d’art.

 

Pour en savoir plus sur Francis Bacon vous pouvez cliquer sur WIKIPEDIA

Toutes les informations sur l’exposition sont sur CITIBREAK

 

 

Abonnez-vous à la newsletter Citibreak, cliquez sur ce lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 + 5 =