In the Age of Giorgione

Exposition / Au Temps de Giorgione à la Royal Academy of Arts (Londres)

Exposition du  12 Mars au 03 Juin 2016

Les infos de l’exposition (dates, horaires, tarif, accès…)  sont sur CITIBREAK

 

Réunissant environ 50 œuvres iconiques, la Royal Academy of Arts explore le rôle et la place de la peinture vénitienne dans l’histoire de l’Art. L’exposition vous transporte dans la Venise du XVIe siècle.

Bien que Bellini soit l’artiste phare de cette période, on voit apparaître une nouvelle génération d’artistes parmi lesquels Titien et le mystérieux Giorgione. L’exposition est centrée sur ces deux peintres et sur leurs contemporains vénitiens ou européens, tel Dürer, et explore les caractéristiques de leur “manière moderne”. Évolution du portrait, œuvres de dévotion et place que se fait peu à peu le paysage, passant de simple décor à protagoniste à part entière, sont illustrés par une bonne trentaine de toiles et dessins.

In the Age of Giorgione 2

L’exposition s’ouvre par la présentation de portraits, tel le Portrait d’un homme (Terris portrait), 1506 de Giorgione qui interpelle le spectateur, on passe ensuite à des portraits en buste, narratifs, où mains du modèle et attributs servent à définir son rôle dans la société et sa personnalité comme Portrait d’un jeune homme avec son serviteur.

Les salles suivantes présentent des paysages, il est d’abord présent en tant que décor de scènes mythologiques, bibliques et sacrées. Mais au fil des années, les scènes religieuses ou mythologiques s’insèrent carrément dans le paysage, objet principal du tableau et porteur d’atmosphère et de poésie. On le voit dans Il Tramonto, 1502-05 de Giorgione.

 

L’exposition se conclut sur ce que l’on peut appeler des “portraits allégoriques”, une thématique qui permet d’inclure huit toiles qui ne répondaient pas forcément aux sélections précédentes. À côté de La Vecchia de Giorgione, on découvre les œuvres d’un peintre méconnu de nous mais célèbre en son temps, Giovanni Cariani, qui nous offre les Portrait d’une jeune femmeJudith, et Sainte Agathe. Une époque charnière où s’esquisse déjà le talent pour la couleur qui distinguera les Vénitiens des Florentins, plus portés sur le trait.

 

POUR MIEUX COMPRENDRE CETTE EXPOSITION

Biographie de Giorgione

On ignore à peu près tout de la vie de ce peintre vénitien dont la carrière fut encore plus courte que celle de Raphaël puisqu’elle se déroule environ de 1500 à 1510. Il faut se reporter à Giorgio Vasari, qui l’appelle Giorgione da Castelfranco, nom de son lieu de naissance selon Vasari. Giorgione est un surnom qui signifie Grand Georges et qui fut donné à l’artiste à partir de 1548 dans le Dialogo della Pintura de Paolo Pino (1534-1564) dans lequel cet auteur défend la supériorité de la peinture vénitienne sur la peinture florentine. On ignore le véritable nom du peintre mais ses contemporains l’appelaient Zorzi et cette appellation figure dans plusieurs documents.

Giorgione Self Portrait
Autoportrait de Giorgione

Il semble donc que Giorgione vivait dans l’entourage de l’élite cultivée de Venise et que son talent, tant pictural que musical, y était très apprécié. Il fut l’élève de Giovanni Bellini et rencontra Titien dans l’atelier de son maître. Titien lui-même devint ensuite l’assistant de Giorgione.

Il meurt en 1510 comme en témoigne une lettre adressée à Isabelle d’Este (1474-1539), marquise de Mantoue et grande mécène. Cette lettre, datée du 7 novembre 1510, informe la marquise que « Ledit Zorzi est mort d’épuisement autant que de la peste. »

Ceci relève de l’Histoire. Mais la poésie, si présente dans l’œuvre du peintre, a également droit de cité. La légende qui a entouré Giorgione le fait mourir d’amour : il fut emporté par la peste pour avoir voulu déposer un dernier baiser sur les lèvres de sa maîtresse, morte de cette maladie.

 

Vous pouvez toujours trouver plus d’informations sur Giorgione en cliquant sur WIKIPEDIA 

Toutes les informations sur l’exposition (dates, horaires, tarif, accès…)  sont sur CITIBREAK

 

Rédaction C.S

Citibreak logo - Orange (2)

 

Abonnez-vous à la newsletter Citibreak, cliquez sur ce lien

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *