Exposition Art / Afrique à La Fondation Louis Vuitton

Toutes les informations sur l’exposition Art / Afrique, Le Nouvel Atelier sont sur CITIBREAK

 

Braquer les projecteurs du monde de l’art sur des régions méconnues, voilà ce que tente de faire la Fondation Vuitton, en parallèle à ses grandes expositions. Après s’être concentrée sur les artistes chinois, la fondation propose un projet en trois parties nommé Art/Afrique.

On y découvre s’abord un choix d’œuvres de la collection d’art africain de Jean Pigozzi (1989-2009), un focus sur la scène contemporaine de l’Afrique du Sud, et enfin un aperçu de la collection africaine de la Fondation Vuitton.

 

LA COLLECTION DE JEAN PIGOZZI

La première partie intitulée ‘Les Initiés’ présente une sélection de la collection d’art contemporain africain de Jean Pigozzi.

En 1989, cet homme d’affaires, ayant connu une véritable “révélation” en visitant l’exposition “Les Magiciens de la Terre” de Jean-Hubert Martin, décidait de constituer sa propre collection, et faisait pour cela appel à André Magnin, un défricheur qui arpentait les routes de l’Afrique subsaharienne à la rencontre d’artistes.

Ainsi il a pu rassembler un fonds unique, aux partis pris affirmés, éclectique et libre, qui réunit les grandes figures de la création contemporaine en Afrique de 1989 à 2009.

On retrouve parmi les artistes exposés les deux stars Malick Sidibé, Seydou Keïta, deux grandes figures de la photo contemporaine. A leurs côtés on pourra voir le maître de la peinture colorée et bling, Chéri Samba (RDC), et ses toiles figuratives empreintes de satire sociale. On vous recommande également les masques africains revisités des Béninois Romuald Hazoumè et Calixte Dakpogan. Ou le photographe nigérian J.D. Okhai Ojeikere et sa série argentique dédiée aux coiffes africaines. L’artiste passe en revue les coiffes ancestrales réhabilités par la jeunesse.

Ce qui frappe dans cette partie c’est la diversité des styles et des œuvres. Ici, toutes les formes d’art sont représentées, masques et tapisseries, photographie ou video, peintures et installations. Les œuvres sont colorées, éblouissantes, un labyrinthe artistique éclectique et plein de vie.

 

LA SCENE CONTEMPORAINE D’AFRIQUE DU SUD

La deuxième partie, ‘Être là’, traite de la scène artistique sud-africaine : trois générations d’artistes sont présentés, des pionniers David Goldblatt, William Kentridge et Jane Alexander, à la génération des années 70, puis à la toute nouvelle garde née dans les années 80. Une identité culturelle se dessine par-delà les différents médiums et sujets abordés.

On est marqué par l’engagement des artistes qui puisent dans leur culture, leur histoire, leurs traditions pour réinventer leur monde, dans un art foisonnant, immédiat, extrêmement libre, parfois à la limite de l’étrange. Des œuvres intenses et bouillonnantes, jamais tièdes de par leur rejet de la neutralité, jamais froides et distanciées.

 

LES ARTISTES DE LA FONDATION LOUIS VUITTON

Enfin, la dernière partie propose d’explorer des œuvres d’artistes africains au sein de la collection de la Fondation Louis Vuitton témoignant ainsi de la dimension internationale prise par ce fonds. Le propos s’élargit au-delà du continent africain, incluant des artistes travaillant hors de leurs pays d’origine, ou même d’artistes afro-américains.

CONCLUSION

L’art contemporain venu d’Afrique a assez de force et de couleurs, d’objectif et d’appétit, pour prendre possession du bâtiment de la fondation Louis Vuitton d’une blancheur immaculée et d’une perfection parfois écrasante. Comme David Hockney s’était imposé au Guggenheim Bilbao, ce nouvel atelier africain donne chair et sang à la Fondation Vuitton.

 

A noter : À l’occasion de cet évènement la Fondation Louis Vuitton s’associe à La Villette qui propose également une exposition sur l’Afrique avec la création d’un billet commun proposé aux visiteurs des deux établissements.

 

 

Toutes les informations pratiques sur l’exposition Art / Afrique, Le Nouvel Atelier sont sur CITIBREAK

 

Vous Pourriez Aimer Aussi Lire Ces Articles:

 

 

Pour vous abonner à la newsletter de Citibreak, cliquez sur ce lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × un =