La Peinture Américaine des années 1930 Orangerie

Exposition – La Peinture Américaine des Années 1930

Exposition du 12 Octobre 2016 au 30 Janvier 2017 au Musée de l’Orangerie (Paris)

Toutes les informations sur l’exposition sont sur CITIBREAK

 

Le 29 octobre 1929, la Bourse de New-York s’effondre et plonge les Etats-Unis dans une crise économique sans précédent. Cette période d’insécurité et de troubles sociaux, la Grande Dépression, marquera l’histoire du pays, dont les habitants, désabusés, perdent leur foi dans le progrès et le rêve américain. C’est cette période instable de remise en question que l’exposition du musée de l’Orangerie se propose d’explorer.

La Peinture Américaine des années 1930 Orangerie 2

Les artistes américains explorèrent ces temps difficiles, qui touchèrent avec la plus grande violence les mondes industriels, urbains et ruraux, le climat amplifiant d’ailleurs plusieurs années cette extrême précarité générale, questionnèrent, c’est fréquemment le cas en période de crise, l’identité américaine, tentant d’exprimer et de définir l’art de cette nation encore assez jeune.

Le musée de l’Orangerie aborde une période fort mal connue de l’art américain, pour la première fois en France, une exposition réunit une cinquantaine de toiles américaines rarement ou sinon jamais vues, telle l’emblématique American Gothic, de Grant Wood (un fermier, mine renfrognée et fourche en main, et sa fille). Célébrissime, la toile réaliste traverse l’Atlantique pour la première fois, et sera exposée en compagnie d’œuvres de Georgia O’Keeffe, Paul Cadmus, Edward Hopper et bien d’autres.

En quelques chapitres (« L’histoire revisitée», « Cauchemars et réalités », « Vers un art moderne américain »…), on savoure cette belle saga qui va de toiles méconnues de Philip Guston à celles, emblématiques, d’Edward Hopper et de Jackson Pollock.

 

Toutes les informations sur l’exposition sont sur CITIBREAK

 

Rédaction C.S

Read More

1. Dubuffet Jean des Villes

Exposition – Jean Dubuffet, Jean des Villes, Jean des Champs

Exposition du 25 Juin 2016 au 08 Janvier 2017 au LAM (Villeneuve-d’Ascq)

Toutes les informations sur l’exposition sont sur CITIBREAK

 

Cette exposition présente un ensemble exceptionnel d’œuvres de Jean Dubuffet, esprit subversif, réputé iconoclaste, fondateur à Paris de “La Compagnie de l’Art Brut” en 1948 et auteur, entre autres, du traité “L’Art Brut préféré aux arts culturels” en 1949.

1.1 Dubuffet Jean des Villes

Jean Dubuffet a endossé de nombreuses casquettes : peintre et sculpteur, dessinateur et lithographe, son imagination est intarissable. En opposition constante avec l’ordre, il critique l’ « asphyxiante culture » et définit l’art par son absence. « Le vrai art est toujours là où on ne l’attend pas » écrit-il. Figure emblématique de l’art moderne, il a également été le premier à parler « d’art brut ».

L’exposition se découpe entre des tableaux de paysages, de scène de maison, ou de personnage. Les toiles se répartissent en trois zones. D’abord les paysages, on y voit des paysages presque monochromes, dont les personnages sont comme « grattés » dans la peinture, comme si il faisait partie intégrante de leur paysage, et n’était pas juste posé dessus.

Vient ensuite une petite partie avec des tableaux de tables, objet que Dubuffet considère comme un paysage.

Enfin, viennent les personnages. Là, on trouve toute sorte de techniques : peinture, parfois mêlée de collage, papier mâché, etc. Ces personnages sont souvent, mais pas toujours, énormes. Colorés ou non, ils occupent beaucoup d’espace dans la toile.

Le LaM vous propose d’admirer une quinzaine d’oeuvres de ce géant dont l’esprit subversif a marqué le XXe siècle, et continue encore aujourd’hui.

 

BIOGRAPHIE DE JEAN DUBUFFET

1.3 Jean Dubuffet

Jean Dubuffet est un peintre français originaire du Havre, également sculpteur et plasticien. Il est connu pour être le précurseur de l’art brut.

Fils de négociants en vin, et ayant démarré une carrière de commerçant, rien ne prédestine Dubuffet, né en 1901, à la peinture. Pourtant, très vite, en compagnie de Georges Limbour, il décide d’abandonner ses études pour se consacrer à l’art, en rejoignant dans un premier temps les Beaux-Arts en cours du soir en 1917, puis, en compagnie de Limbour, il monte à Paris en 1918 pour se consacrer à la peinture, tandis que son ami se consacre à la poésie.

C’est à Paris que Jean Dubuffet devient pleinement autodidacte, forgeant son talent et puisant son inspiration au gré des rencontres et de nombreux voyages, où il se fait une idée des lacunes de l’art en France. Cette attitude autodidacte et désinvolte fait qu’il s’autorise des pauses régulières dans son art, ne sachant quelle voie suivre, partagé entre le commerce et ses peintures. Il devient peintre ” à plein temps ” en 1942. Encore inconnu, il réussit le tour de force d’être exposé à la galerie Drouin, avec sa première oeuvre majeure, “Les gardes du corps”, ce qui lui vaudra de nombreuses critiques, mais aussi de nouvelles perspectives : il est ainsi exposé à New York. Dubuffet cultive le paradoxe entre ses dessins jugés peu fouillés, ses études d’art et ses nombreux voyages.

Dans les années 1960, il étend son art à la sculpture et développe le mécénat avec sa fondation, qui abrite une collection de près de mille oeuvres, réalisées par Dubuffet en personne et par les artistes qu’il soutient.

 

Pour en savoir plus sur Jean Dubuffet vous pouvez cliquer sur WIKIPEDIA

Toutes les informations sur l’exposition sont sur CITIBREAK

 

Rédaction C.S

 

 

 

 

Read More